COMMUNE EN PAYS ROYANNAIS

Jean-Louis Borloo conforte les militants anti-port méthanier

« Si le président a créé un grand ministère de l’Environnement et de l’Énergie, c’est pour gérer ces contradictions de la société française… » Le ministre d’État Jean-Louis Borloo, de passage hier à Royan, à l’occasion du campus des Jeunes populaires, a reçu dans la cité voisine de Saint-Georges-de-Didonne, fief du secrétaire d’État aux Transports, Dominique Bussereau, les représentants de l’association Une pointe pour tous, regroupant les opposants au projet de terminal méthanier au Verdon, originaire des deux rives de l’estuaire de la Gironde.
Le propos s’est voulu rassurant mais légaliste. Mis à la question par les militants antiméthaniers, Jean-Louis Borloo s’est montré réceptif à leurs arguments sur le fond. Mais il s’est montré strict sur la forme. Même si, in fine, l’État reste décisionnaire dans ce dossier, il n’entend pas faire l’économie d’une instruction dans les règles. « Il y a différentes procédures envisageables, différents moyens contenus dans la loi littoral. Les indicateurs sont tous au rouge. Mais, de grâce, laissez-nous respecter la loi. »

« Pas un besoin majeur ». Le ministre de l’Environnement ne semble pas devoir considérer le dossier du Verdon comme particulièrement complexe. « Comme ministre en charge de l’énergie, je suis favorable au développement du gaz. Mais cela ne peut se faire que dans le respect absolu de l’environnement. » Le ministre a rappelé qu’en cas de problème énergétique majeur, il pouvait être contraint à faire des choix douloureux. « Mais ce n’est pas ici le cas. En tant que ministre de l’Énergie, je n’y vois pas d’intérêt majeur. »
Du baume au cœur des militants antiméthaniers, qui auraient malgré tout préféré une position plus radicale. Rassemblés sur la plage de la Grande Conche, ils ont acté les propos du ministre comme autant d’avancées majeures. Mais ils entendent rester actifs et mobilisés « jusqu’au retrait définitif du dossier ». Source

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.




Edito

La mairie est plus encline à dépenser de l’argent des Arcillonnes et Arcillons pour la Culture (L’église même si cela peut-être utile) que pour protéger ses concitoyens des dangers de la route, entre autres ! Il sera dépensé en totalité 160 000€ HT pour la Culture, combien pour la sécurité des concitoyens de Arces ?
Une question tout de même se pose : quelles sont les priorités de la mairie en matière de sécurité depuis des années car il semble ne pas y en avoir ? A moins que cela arrange certains au sein de la mairie ? 18/07/2018

Abonnerez-vous à notre lettre d’information

Votre météo de Arces en 6 langues + Webcam

Publicité

Quelques photos de la commune