COMMUNE EN PAYS ROYANNAIS

Projet de terminal méthanier du Verdon: des opposants saisissent le tribunal

L’association Une Pointe pour tous vient de déposer un recours devant le tribunal administratif de Bordeaux, dans le but de contrarier les avancées du projet de réalisation d’un terminal méthanier au Verdon (Gironde), au droit des côtes du Pays royannais .Cette action en justice visant l’acte de réservation par l’entreprise néerlandaise 4Gas de terrains dans l’enceinte du Port autonome de Bordeaux (PAB) est menée conjointement par l’association et les communes de Soulac (Gironde), de Royan et Saint-Georges-de-Didonne. « De même que par quatre particuliers du Verdon », souligne l’association.
« Nous contestons la validité de ce document de réservation cosigné par les responsables de 4Gas et le directeur du PAB, explique Alain Durand-Lasserve au nom de l’association. Nous avons attaqué sur deux angles. Nous contestons la validité de la signature du directeur, Philippe Deiss, estimant qu’il n’était pas compétent pour le faire. Le conseil d’administration du port peut lui déléguer certaines attributions, mais pas celle-là. Nous estimons en outre que les règles de la concurrence n’ont pas été respectées dans ce dossier. Sur d’autres sites, il y a eu appel d’offres. Pas ici, alors même qu’a été signé un accord exclusif. »
L’association sait s’engager dans une procédure longue. Elle annonce cependant vouloir intervenir sur le plan juridique aux différentes étapes du dossier. Une Pointe pour tous et les communes partenaires ont mandaté le cabinet d’avocat parisien Winston & Strawn, spécialisé dans les questions d’environnement.

Soutiens politiques. « Nous n’en avons pas fini. 4Gas a déposé le permis de construire, qui doit faire l’objet d’une instruction. Si sa demande est jugée recevable, une enquête publique devra également être réalisée au titre des installations classées. Nous sommes entrés dans une perspective à long terme. Nous n’estimons pas avoir gagné tant que le projet n’est pas officiellement abandonné. »
Le maire de Saint-Georges-de-Didonne, Jean-Michel Renu, proche de Dominique Bussereau, ainsi que le député-maire de Royan, Didier Quentin, appuient de fait la démarche. « Je recevrai moi-même le conseil d’administration de l’association pour faire le point. Ils se réunissent samedi à Royan. Dans ce dossier, nous devons tous rester mobilisés. La secrétaire d’État à l’écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, qui se déplacera en Pays royannais à l’occasion de l’Université d’été de l’UMP, recevra une délégation d’opposants le 5 septembre. » Source Sud Ouest




Edito

La mairie est plus encline à dépenser de l’argent des Arcillonnes et Arcillons pour la Culture (L’église même si cela peut-être utile) que pour protéger ses concitoyens des dangers de la route, entre autres ! Il sera dépensé en totalité 160 000€ HT pour la Culture, combien pour la sécurité des concitoyens de Arces ?
Une question tout de même se pose : quelles sont les priorités de la mairie en matière de sécurité depuis des années car il semble ne pas y en avoir ? A moins que cela arrange certains au sein de la mairie ? 18/07/2018

Abonnerez-vous à notre lettre d’information

Votre météo de Arces en 6 langues + Webcam

Publicité

Quelques photos de la commune