Bis repetita car quand on aime on ne compte pas

Une chose est sûre, certains à la commune ne peuvent pas voir en peinture les Parisiens. La seule chose qu’ils aiment d’eux c’est lorsqu’ils viennent sur la commune pour y séjourner quelques jours en été pour leurs congés ! Autrement pour y vivre ce n’est pas la peine d’y compter. Heureusement qu’ils n’ont pas affaire à eux lorsqu’ils prennent une location sur la commune.On se croirait encore au 12eme siècle.

 

Pour preuve les attaques répétées sur un ex parisien ou assimilé car peu font la différence entre un réel parisien et quelqu’un de le petite ou grande couronne. Encore une ignorance à combler. Certains vont à Vincennes une fois dans leur vie par exemple et pensent avoir tout vu ! Enfin quoi qu’il en soit l’anti-parisianisme primaire est de mise su la commune à ne pas en douter. Certains sont même prêts à dépenser l’argent des contribuables de la commune pour essayer d’arriver à leurs fins. Encore heureux que les fantasmes ne sont pas prohibés. Le premier magistrat de cette jolie bourgade se prend comme mainte fois expliqué pour le seigneur tout puissant entouré de ses valets ou laquais (ses administrés). Et non tout le monde ne tombe pas dans ce genre de cliché et ne se laisse pas faire quitte à aller devant les tribunaux pour faire respecter la parole du premier magistrat qui a osé la retirer. Probablement que ce n’est pas la première et la dernière fois qu’il fait cela ! Cela n’honore pas son statut d’homme et encore moins cela de premier magistrat de la commune. Michel Audiard disait ceci dans une de ses citations bien connue dans 125 rue Montmartre “On devrait interdire aux imbéciles de parler la bouche pleine.”.

 

RSS
Follow by Email