ARCES-SUR-GIRONDE – COMMUNE DU PAYS ROYANNAIS

Terminal méthanier du Verdon: 2.000 opposants sur la plage de Royan

ROYAN L’idée de départ était de suspendre, à 50 mètres au-dessus de la plage de la Grande Conche, à Royan, tout un rond de ballons gonflés à l’hélium. Ça aurait fait son petit effet pour représenter le volume réél d’une cuve de gaz liquéfié. Parce que le vent soufflait trop fort au bord de l’eau, hier après-midi, quatre petits ballons seulement ont délimité les 85 mètres de diamètre d’un tel « monstre », selon l’expression de Didier Quentin, député-maire UMP de Royan qui participait à la mobilisation.


Les élus présents

Quelque 2 000 personnes ont répondu présent à l’appel de l’association Une pointe pour tous, qui lutte depuis deux ans contre le projet de construction d’un port méthanier comprenant trois énormes cuves à Verdon-sur-Mer. Des Royannais inquiets quant à l’avenir de leur horizon en lorgnant sur la rive gauche médocaine. Le vice-président de l’association sur la rive droite, Jacques Gervais, a bien sûr pris le micro, ainsi que son homologue girondin, Bernard Vinquoy. « Nous avons toutes les raisons de croire qu’un tel projet n’aboutira pas », ont-ils lancé.

« J’ai eu Dominique Bussereau au téléphone ce matin », scandait Didier Quentin. « Il est à la pointe du combat ! » Et d’assurer que la présidente de Poitou-Charentes, Ségolène Royal, partie en Guadeloupe pour les obsèques du syndicaliste tué cette semaine, soutenait aussi la cause. Régine Joly, vice-présidente au Conseil régional, se trouvait ainsi au côté des militants, hier, sur le sable royannais. Sans compter plusieurs maires de communes de Charente-Maritime : Arces, Cozes, Saint-Sulpice-de-Royan, Saint-Palais-sur-mer ou encore Meschers-sur-Gironde étaient représentées.

« Menace funeste »

« Le terminal méthanier comme une menace funeste pour l’estuaire ! » Le député-maire de Royan s’adressait à la foule avec ferveur. « Le premier magistrat est en forme ! » a alors répondu en souriant un groupe de manifestants qui gardent bon espoir.

Et pour cause. Le 2 décembre, Francis Idrac, préfet de Gironde, a rejeté le dossier technique de l’entreprise néerlandaise 4Gas désireuse d’implanter le terminal. Une pointe pour tous reste néanmoins sur ses gardes. « Le danger, c’est que les navires transportant du gaz passeraient à 400 mètres des premières maisons, et à 700 mètres d’une école primaire », argue Jacques Gervais. « Sachant que ces bateaux soi-disant les plus sûrs au monde ne sont pas infaillibles. La preuve avec le  »Provalys » de GDF, tombé en panne au large d’Arcachon pendant la tempête du mois de janvier. »

Jouannot le 4 mars

Ajouté à cela le nombre d’emplois dans le secteur du tourisme qui se verraient compromis avec l’arrivée d’une telle structure, et une dévaluation garantie du prix des résidences sur le littoral : les arguments contre le projet industriel sont légion, qui seront exposés le 4 mars par Didier Quentin à la nouvelle secrétaire d’État à l’Écologie, Isabelle Jouannot. Le tout, on le rappelle, à quelques semaines de l’ouverture de la mission d’évaluation pour le classement de l’estuaire et des pertuis charentais.

Applaudissements à l’énoncé de ces revendications, et à l’avancée, au milieu de l’immense cercle formé par les militants, de l’actrice Marie-Hélène Lelièvre incarnant « Madame Grenelle », escortée par une troupe d’enfants eux-mêmes poursuivis par des hommes masqués, transportant trois fausses cuves « glaciales et gazéifiées ».Source [poll id= »6″]

Laisser un commentaire

Vendredi - Sem. 42 2 0 Oct. Saint Adeline 0Nouvelle lune
Publicité

Votre météo de Arces en direct et Webcam

Météo en 6 langues
Consulter la météo

Quelques photos de la commune


Votre qualité de l'air